Revue de presse

Retrouvez sur cette page tous les articles ou chroniques qui ont été fait sur le roman Al Baas : L’ennemi de l’intérieur.

Dans la presse régionale de Savoie

La presse régionale de Rhône-Alpes, et plus particulièrement de Savoie, où se déroule une bonne partie de l’intrigue, n’a pas été avare en articles sur mon roman s’espionnage. En effet, pas moins de deux journaux en ont parlé.

Le Dauphiné Libéré (édition de Saint-Jean de Maurienne)

Tout d’abord, le Dauphiné Libéré, qui a publié le 8 Août 2017, un article intitulé Sébastien Mayoux, l’auteur d’Al Baas, fait partie des écrivains savoyards à découvrir cet été, dans l’article “Avec quatre écrivains mauriennais, des idées de lecture pour les vacances“.

Article "Avec quatre écrivains mauriennais, des idées de lecture pour les vacances"

Sébastien Mayoux : “Al Baas : l’ennemi de l’intérieur”

Un changement de vie et un départ au Canada auront été les éléments déclencheurs. Il y a trois ans, Sébastien Mayoux a franchi l’Atlantique pour s’installer à Montréal. Cette date marque également le début d’une autre aventure : l’écriture d’un roman. « C’est en arrivant au Canada que j’ai rédigé les premières lignes », explique Sébastien Mayoux, qui a passé la plupart de ses vacances à Saint-­Colomban-des­-Villards, « j’ai commencé à écrire pour moi puis je me suis pris au jeu. » Après avoir fait le tour des maisons d’édition, l’homme de 31 ans a décidé de s’autoéditer. « J’ai tout maîtrisé de A à Z, c’est vraiment quelque chose qui m’a plu. » Le livre a été publié, en février, en format électronique, et, depuis un mois et demi, il est possible de le faire imprimer. L’aboutissement de trois ans de travail, pas forcément continu, qui ont demandé des recherches pour ce passionné d’histoire et de géopolitique.

Un rugbyman de Saint­-Colomban­-des­-Villards au cœur de l’intrigue

Pour écrire son roman, Sé­bastien Mayoux s’est inspi­ré de ses souvenirs d’enfan­ce en Maurienne. C’est là qu’une partie de l’intrigue se passe. Ce polar met en scène des agents de la DG­SE (le renseignement fran­çais) et un rugbyman de Saint­-Colomban-­des-­Vil­lards, Bastien Sclavoni, dans une enquête qui va conduire le lecteur de la Maurienne à la Syrie, en passant par le Canada. « C’est un hommage à mes
origines, là où je possède une maison de famille », in­dique celui qui travaille dans le marketing et la communication sur Inter­net.

Pourquoi un rugby­man ? « Car c’est un sport que j’ai pratiqué en ama­teur et que j’apprécie. » Prenant goût à l’exercice, Sébastien Mayoux ne se ferme aucune porte quant à la possibilité d’un nouveau roman.

Jérémy PENA

La partie de l’article concernant ce polar est également disponible en ligne, mais seulement réservé aux abonnés du Dauphiné Libéré. Si tel est votre cas, voici le lien ou lire Sébastien Mayoux : “Al Baas : L’ennemi de l’intérieur”. Merci à Jeremy Pena pour cet article.

Le Petit Villarin (journal local de la vallée des Villards)

Ensuite, Le Petit Villarin a également publié une brève dans son édition de Septembre, dans la rubrique mettant en lumières les “talents locaux“. Cela n’est pas si anecdotique que cela peut laisser paraître, car Le Petit Villarin est le journal local (parution mensuelle) de Saint-Colomban-des-Villards, village de la vallée des Villards où se déroule un partie de l’intrigue et d’où est originaire un des protagonistes de ce roman d’espionnage : Bastien Scalvoni.

On parle du roman Al Baas dans l'édition de Septembre 2018 du Petit Villarin

Polar

Sébastien Mayoux (Lachenal), vient de publier aux Éditions Amazon un roman policier intitulé « Al Baas, l’ennemi intérieur ».
L’intrigue se déroule en Syrie, mais le détective Marc Delmat va être conduit à mener l’enquête à Saint-Colomban où réside, à Lachal, la famille du principal protagoniste de l’histoire, Bastien Scalvoni. Ce polar est une œuvre de pure fiction comme le montre cet extrait qui indique qu’un « traditionnel tournoi de pétanque (marque) le début de la saison estivale pendant laquelle des centaines de milliers de touristes (affluent) dans les hôtels et résidences de la vallée. » Des centaines de milliers de touristes !? En vente sur le site Internet
d’Amazon au prix de 9 euros plus le port (1 euro au format liseuse électronique)…

Christophe Mayoux

La Maurienne (hebdomadaire)

Enfin, Pierre Dompnier a publié le 1er novembre dans le journal hebdomadaire La Maurienne son avis de lecture sur le livre qu’il a pris le temps de lire (merci à lui). Vous pouvez également retrouvez ce papier en ligne, si vous êtes abonnés ici La Maurienne au cœur d’un roman d’espionnage : “Al Baas : L’ennemi de l’intérieur”.

Article sur Al Baas de Sébastien Mayoux dans le journal La Maurienne

La Maurienne au cœur d’un roman d’espionnage : “Al Baas, l’ennemi de l’intérieur”

Voici quelques jours, un ouvrage est arrivé à la rédaction de “La Maurienne”, avec quelques mots de son auteur Sébastien Mayoux : “Je vous écris car je suis un Mauriennais d’origine expatrié au Québec, et j’ai publié un roman, dont une partie de l’intrigue se déroule justement en Maurienne, dans le village de Saint-Colomban-des-Villards, où est originaire ma famille (…). Mon roman, “Al Baas : L’ennemi de l’intérieur” est un polar (roman d’espionnage) qui a déjà rencontré son public, à la vue de son nombre de lecteurs et de ses avis et commentaires positifs. Retrouvez la “bande-annonce” de mon roman sur Youtube, et le livre lui-même sur Amazon”.

C’est donc avec curiosité que nous l’avons ouvert et nous nous sommes vite prêtés au jeu de l’auteur en le lisant presque d’une traite. Certes, ce n’est pas le style, un peu “brut de décoffrage”, ni certaines approximations à faire plisser le front d’un professeur de lettre ou tout simplement d’un puriste qui nous ont retenu, mais l’auteur ne manque pas d’imagination et ses personnages, tout comme son intrigue à rebondissements, poussent le lecteur à dévorer le livre.

Mêler un Mauriennais à une affaire de terrorisme, dans le climat des attentats de 2015, voila qui n’est pas banal. Cela permet de promener le lecteur de Paris à Alep, à Lyon, Montréal, Londres et, bien sûr, en Maurienne. L’auteur n’en donne pas forcément une vision carte postale : “Ancien haut-lieu de la production d’aluminium et d’hydrocarbures, cette vallée offrait désormais un paysage de friche industrielle”. Son exil au Canada lui aurait-il fait oublier que les friches ont largement disparu ?

Mais il se rattrape avec l’air pur et les paysages des hauteurs. Mais, après tout Sébastien Mayoux, spécialiste marketing numérique et fondateur du “Connard Enchaîné” (site d’informations parodiques), n’émarge pas à l’Office du Tourisme! Son livre est en tout cas tout à fait atypique et débordant d’imagination.

Pierre Dompnier

 

Chroniqueurs et blogueurs littéraires

Mais, la presse régionale n’a pas été la seule a parlé de mon livre. Certains blogueurs ou chroniqueurs littéraires ont également mis de l’avant “Al Baas”.

Le traqueur de livres

Eric Beguin, “traqueur de livres” sur la chaîne Youtube du même nom, chronique ses lectures en vidéos. Il a accepté de lire “Al Baas” et en a fait un très plaisant retour, que vous pouvez visionné juste ici.

Voici la retranscription de son avis :

Un roman d’espionnage d’un nouvel auteur plutôt bien construit et bien écrit. L’histoire qui tient en haleine du début à la fin et nous provoque des belles sueurs froides. L’auteur se sert de la situation actuelle pour nous proposer une histoire parfaitement réaliste. Il analyse bien les situations sociales et géopolitiques très complexes dans toutes les parties du monde concernées. Il arrive à nous accrocher avec une histoire très prenante. Un bon bouquin donc, mais qui m’a un peu laissé frustré. Plusieurs fois, pendant que je lisais, je me disais : tiens là, il aurait pu en écrire un peu plus, développer la situation, mettre plus de romans sur ce personnage-ci ou cette situation-là. Faire durer l’histoire, donner plus de grain à moudre aux lecteurs. Les personnages sont tous biens trouvés et bien construits. Son histoire est bien emmenée et sa narration pleine de rythme cependant, plusieurs fois, j’ai trouvé qu’il passait trop vite sur des moments importants. Des nœuds trop simples à ouvrir ou trop rapidement dénoués. Il doit en donner plus pour que la pression romanesque soit plus prégnante et retienne plus longtemps le lecteur. L’auteur a un choix à faire entre deux styles. Il peut devenir le prochain Robert Ludlum qui a écrit un nombre incroyable de romans d’espionnage d’exception et qui n’a pas trouvé de remplaçant pour le moment, ou, devenir le nouveau Gérard De Villiers, créateur des SAS qui lui aussi a écrit un grand nombre des romans d’espionnage. J’ai lu les deux auteurs et j’ai aimé des deux. Ils ont deux styles très différents. L’auteur de Al Baas a tout ce qu’il lui faut. Il a de l’imagination à revendre et sait construire une histoire d’espionnage. Il doit choisir quel type de roman, il désire écrire. Un auteur à suivre.