Saviez-vous que Rhône-Alpes a sa propre langue régionale : l’arpitan ?

Dans Al Baas : l’ennemi de l’intérieur, l’officier de la DGSE Marc Delmat, et son homologue Louisa Benssedick, découvrent, lors d’une visite dans le village natal de Bastien ScalvoniSaint-Colomban-des-Villards, en Savoie, qu’un jargon local est parlé dans cette région, notamment grâce aux panneaux de signalisation bilingue.

Panneau Franco-Arpitan à Saint-Colomban-des-Villards (Savoie)

Ce patois, le savoyard, est en fait un dialecte (une déclinaison locale) d’une langue régionale : le franco-provençal, ou arpitan.

L’Arpitan est une langue européenne, dont l’ère de diffusion dépasse les frontières.

Cette langue n’est peut-être pas pas la plus connue (à l’inverse de l’alsacien, du corse, du breton ou du basque), mais elle est néanmoins reconnue comme une langue régionale en France. D’après les linguistes, il s’agit d’une langue gallo-romaine, dont l’origine remonterait à plusieurs siècles. Ces premières caractéristiques ont en effet été attestées dans des inscriptions monétaires mérovingiennes datant de la fin du VIe siècle.

L’arpitan, qui veut dire “montagnard”, a une aire de diffusion bien plus large que les hautes montagnes de Savoie. L’Arpitanie (nom donnée à la région dans laquelle est parlée cette langue) s’étend en effet des trois côtés des Alpes :

  • En France, le franco-provençal est parlé dans la grande partie de la région Rhône-Alpes, à l’excepté des départements de la Drôme et de l’Ardèche (Savoie, Haute-Savoie, Ain, Isère, Rhône et Loire), ainsi que dans la région de Mâcon (Saône-et-Loire) et le Sud de la Franche-Comté (Lons-Le-Saunier, Pontarlier…).
  • En Italie, cette langue est parlée dans les régions du Val d’Aoste et du Piémont (dans le Nord).
  • En Suisse, l’arpitan est parlé dans la majeure partie de la Suisse Romande, c’est-à-dire les cantons de Vaud, de Genève, de Fribourg, de Neuchâtel, ainsi que l’Ouest du Valais.

Carte de l'Arpitanie

Le Franco-Provençal reste une langue vivante, même si elle est peu utilisée.

Dans toutes les régions qui composent l’Arpitanie, des patois locaux ont émergé (le savoyard, le bressan, le parler lyonnais et stéphanois) mais ceux-ci restent des dialectes du franco-Provençal. Un peu comme le Français parlé au Québec ou en Suisse reste du français, ou que l’anglais parlé aux Etats-Unis ou en Australie reste de l’anglais.

Aujourd’hui, seulement 3% de la population de Rhône-Alpes parle l’arpitan, soit près de 150 000 locuteurs, principalement en Savoie, en Haute-Savoie et dans l’Ain. Bien qu’il soit encore enseigné dans certains collèges et lycées Savoyards, ce sont surtout les plus âgés qui l’utilisent. Pourtant, de nombreuses activités associatives tente tout de même de continuer à le faire vivre au delà des aînés, comme Radiô Arpitania ou l’Institut de la Langue Savoyarde.

De l’autre côté des Alpes, le franco-provençal (ou plutôt son dialecte local : le valdôtain) est encore parlé comme langue maternelle dans la région  autonome Italienne du Val d’Aoste. En 2015, celle-ci a d’ailleurs signé une charte de coopération avec la région Rhône-Alpes, afin de faire vivre l’arpitan dans l’enseignement, la culture et les médias. Plusieurs collectivités suisses ont aussi démontré leur intérêts pour ce type d’initiatives.

Maintenant que vous en savez un peu plus sur cette langue régionale, vous vous demandez sans doute pourquoi deux officiers du renseignement français, Marc Delmat et Louisa Benssedick, se sont retrouvés confrontés à celle-ci ?

Et bien la réponse est dans Al Baas : l’ennemi de l’intérieur. 🙂

Sébastien Mayoux oeuvre sur le web depuis quelques années. Auteur du roman Al Baas, il a également contribué sur plusieurs blogs spécialisés dans le marketing numérique et les médias sociaux, et a également créé le site d'information parodique Le Connard Enchaîné.

Tagués avec : , , , ,
Un commentaire sur “Saviez-vous que Rhône-Alpes a sa propre langue régionale : l’arpitan ?
1 Pings/Trackback pour "Saviez-vous que Rhône-Alpes a sa propre langue régionale : l’arpitan ?"
  1. […] partie de l’histoire se déroule donc en Maurienne, à Saint-Colomban-des-Villards, petit village de Savoie ou j’ai des attaches familiales. L’un des personnages, Bastien Scalvoni, en est même […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*