Dave Duerson, l’homme qui fit avancer la science sur les commotions cérébrales dans le sport

Dans Al Baas, il est question du lien entre la violence de certains sports, dont les chocs provoquent des commotions cérébrales, et certains troubles mentaux dont peuvent souffrir certains athlètes en vieillissant (comme la maladie de Parkinson de Mohamed Ali, ou la dépendance sexuelle de Bastien Scalvoni). Mais savez-vous que ce phénomène a été étudié par la médecine ? Et cela, c’est grâce à un homme : Dave Duerson, un ex-footballeur américain qui a littéralement donné son corps à la science.

Gros plan de Dave Duerson, sur un terrain de football américain

© Sports Illustrated

Son suicide d’utilité publique a permis de prouver que les commotions cérébrales provoquent des troubles mentaux chez les sportifs.

Duerson a joué plus de 10 saisons en NFL entre les années 1980 et 1990. Et, depuis l’arrêt de sa carrière, il était victime de troubles neurologiques, laissant croire qu’il souffrait d’une encéphalopathie traumatique chronique (ETC), une maladie dé-génératrice. A l’époque, il est convaincu que celle-ci est la cause de commotions cérébrales à répétition qu’il a subi lors de sa carrière professionnelle. Il s’était même impliqué dans une commission de la NFL chargée d’étudier les troubles neurologiques dont se plaignaient de plus en plus certains anciens joueurs. Mais, à l’époque, le monde du sport n’est pas prêt à admettre sa culpabilité. Surtout dans le football américain, une discipline ou l’argent et le spectacle priment. Le 17 février 2011, il décide donc de se suicider d’une balle dans le cœur, et de léguer son corps à la NFL afin que celui-ci soit étudié. Et ces études prouveront en effet qu’il souffrait bien d’ETC (encéphalopathie traumatique chronique) et que Duerson avait donc raison.

Ce sacrifice, geste des plus héroïques, ne sera donc pas resté vain puisqu’il permit de faire avancer la science. Depuis, la médecine a reconnu que les commotions cérébrales subies sur un terrain de football américain, de rugby ou un ring de boxe peuvent causer des dommages irréversibles, et provoquer des symptômes plus ou moins graves : agressivité, amnésies, nausées, maux de tête, vertiges, et parfois même une hyper-sexualité ou d’autres troubles mentaux comme la dépression. Certains sports ont d’ailleurs pris certains dispositifs pour protéger leur joueurs, comme le rugby par exemple, et son “protocole commotion“.

Plaquage de rugby pouvant provoquer une commotion cérébrale

Ce suicide altruiste, dans le but de pouvoir faire avancer la science et ainsi pouvoir aider les autres, rappelle le film Sept Vies, dans lequel Tim Thomas (interprété par Will Smith) se suicide, et lègue son corps à la science, afin que ses organes soient prélevés et greffés à 7 personnes qui en avaient besoin. Si Dave Duerson, lui, n’a pas sauvé directement de vies, il n’en est pas moins un héros, car son suicide a sans doute permis à protéger des centaines de sportifs de l’ETC (encéphalopathie traumatique chronique).

Sébastien Mayoux oeuvre sur le web depuis quelques années. Auteur du roman Al Baas, il a également contribué sur plusieurs blogs spécialisés dans le marketing numérique et les médias sociaux, et a également créé le site d'information parodique Le Connard Enchaîné.

Tagués avec : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*