Le renseignement technologique est le nouveau nerf de la guerre

Le renseignement technologique est le nouveau nerf de la guerre

Le 19 septembre dernier, Huawei annonçait le Mate 30 et le Mate 30 Pro, ses deux nouveaux smartphones utilisant Hongmen, le système d’exploitation “maison” de la firme chinoise. Cela est la conséquence de la guerre commerciale que se livrent la Chine et les Etats-Unis, qui a obligé le fabricant asiatique à se passer d’Android, l’OS de Google. Si je vous en parle ici, c’est parce que cette anecdote reflète en effet l’importance de le renseignement technologique sur la marche du monde.

Car on entend souvent que les sanctions américaines à l’égard du fabricant chinois ne sont que commerciales ou politiques. Il n’en est rien. En réalité, tout commence par une histoire d’espionnage.

Huawei est sur la liste noire de la NSA depuis des années

Les services de renseignements américains ont l’entreprise chinoise dans le collimateur depuis des années. Ils craignaient que celle-ci utilisent ses terminaux pour espionner les citoyens des Etats-Unis. L’ancien agent Edward Snowden a même révélé que la NSA avait lancé une vaste opération de piratage contre l’entreprise asiatique en 2010.

Alors pourquoi cette paranoïa ? Premièrement, le fondateur d’Huawei est un ancien officier de l’armée chinoise, ce qui pouvait laisser craindre une certaine connivence avec le gouvernement. Deuxièmement, l’entreprise n’est pas qu’un constructeur de smartphones : il est aussi un fabricant de câbles sous-marins reliant certains pays d’Afrique et du Moyen-Orient à l’internet mondial. Les données transitant par ces fibres optiques revêtaient donc une importance stratégique pour la Maison Blanche, tant on sait à quel point ces régions du monde comprennent de “cibles de haute priorité” pour le Pentagone.

En matière de renseignements, l’échange d’informations et le jeu des alliances sont de mise

Dans ses opérations de collecte des données du web (comme le fameux programme PRISM) ou d’opérations de piratage ciblées, les États-Unis ne font pas cavalier seul. Ils sont notamment aidés par les services de renseignements britanniques, canadiens, australiens et néo-zélandais. Ces cinq pays (États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande) font en effet partie des “five eyes”. Selon les termes de cette alliance, les pays collaborent en terme de renseignements et ne s’espionnent pas les uns les autres. D’ailleurs, la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, a été arrêtée en 2018 au Canada, sur demande de l’administration Trump.

Bref, si je vous ai souvent parlé du renseignement humain sur ce blog, le renseignement technique est aussi très important et, comme cet article le montre, l’espionnage est aussi technologique. Il convient donc d’apporter une attention toute particulière à nos données et à leur protection.

Sources :

Summary
Le renseignement technologique est le nouveau nerf de la guerre
Article Name
Le renseignement technologique est le nouveau nerf de la guerre
Description
La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis est révélatrice de l'importance du renseignement technologique. Et ce n'est pas Huawei qui démentira!
Author
Publisher Name
Le Connard Enchaîné
Publisher Logo

Sébastien Mayoux oeuvre sur le web depuis quelques années. Auteur du roman Al Baas, il a également contribué sur plusieurs blogs spécialisés dans le marketing numérique et les médias sociaux, et a également créé le site d'information parodique Le Connard Enchaîné.

Tagués avec : ,